Partir ou rester

partir ou rester

Aujourd’hui est le jour J  : le jour du départ.

En direct de l’aéroport de Roissy CDG où j’attends mon avion, je me souviens de la rédaction que mon frère Arnaud avait rédigé pour son lycée.

J’étais alors en plein préparatif de mon voyage. Ces mots, très censés et réfléchis, m’ont particuliérement émue. Les voici :

« Tout quitter et partir ou rester, tel est mon questionnement. Tiraillé entre divers arguments, je vais devoir faire un choix.

Si j’écoute mon entourage, je perçois des craintes, des peurs mais aussi des encouragements.
Si je pars, je laisserais ma famille, mes amis, mes proches, en-ai-je le courage ? Comment laisser de coté mes habitudes et mon confort, mon gîte et mon couvert ?
En aurais-je les moyens ?
Cette vie que je mène est confortable.
Entouré, jamais seul, en sécurité, j’apprécie le confort du foyer, de cette routine et de ces habitudes mais même si j’ai peur de l’inconnu ne serait-ce pas une expérience inoubliable et enrichissante pour ma vie personnelle.

Partir pour découvrir de nouveaux horizons, partir pour s’éloigner du quotidien, partir pour se dépasser, se rechercher et se trouver, grandir n’est-ce pas un beau et formidable défi ?
Il est vrai que partir vers l’inconnu est difficile, se retrouver seul et se sentir perdu ne sont pas faciles à vivre. Ne serait-ce pas l’occassion pour moi de faire de nouvelles rencontres, d’explorer différentes cultures et traditions ? Cette aventure peut s’avérer si exitante pour moi que je ne peux pas ne pas y penser.

Les arguments se mélangent dans ma tête, les questionnements ne peuvent que me faire avancer et je vais devoir faire mon choix en mon âme et conscience.

Vais-je suivre les conseils de ma famille ou suivre mon instinct ? Car oui en effet, j’ai envie de liberté et de grands espaces, de rompre avec la routine mais rien ne m’empêcheras de revenir ! »

Ces propos pourrait être le départ de plusieurs points de réflexion sur l’inconnu, les habitudes, la société de consommation mais aujourd’hui je vais, comme Arnaud, parler essentiellement de « partir ou rester ». Si, un jour, on se pose la question, il n’y a aucun doute. Nous sommes fait pour partir.

Pourquoi je pars ? partir c’est surtout prendre le temps.

 J’ai fait un parcours classique à l’école : bac scientifique, licence, master. J’ai pris toutes les options à l’école. J’ai passé mon permis, trouvé du travail tout ça parce qu’il fallait le faire et sans réfléchir à pourquoi je le faisais.

Nous sommes dans une société où l’on multiplie les activités. Nous sommes dans l’action sans penser à prendre le temps de réfléchir. Je n’ai pas été éduquée pour être formatée et pourtant, mon caractère a fait que je suis tombée dedans complètement. Je pars car j’ai besoin de me poser et de prendre ce temps de la reflexion.

Un voyage à l’autre bout du monde est extreme. Il est possible de faire une pause dans sa vie tout en restant chez soi mais j’ai voulu allier cette pause à la découverte culturelle et à la découverte de cette philosophie que l’on retrouve en Asie. J’ai envie aussi de sortir de ma zone de confiance pour m’ouvrir.

Certains parleront de fuite, je ne suis pas d’accord. C’est plutôt l’envie d’entreprendre et de vivre comme bon me semble. Aujourd’hui ma vie me convient mais je ne veux pas m’en contenter. Et si il y a une chose que mes parents m’ont appris, c’est d’oser sa vie, c’est de se battre pour être toujours plus heureuse. Merci papa, merci maman de me permettre de vivre ma vie comme je la souhaite et de toujours me soutenir dans mes décisions.